Carnets de l’inutile

Texte de Nathalie Man
Illustrations de Renaud Garcia

 

60 pages – 5 illustrations – format 12,5×19,8 cm
Collection Les Instantanés
ISBN : 978-2-9558799-5-5
8 euros
Paru le 06 février 2019

bon de commande


Sortir à 25 ans d’une grande école, ne pas trouver d’emploi et décider de se consacrer à ce qu’on aime : écrire. Oui, mais, comment faire dans une société où la productivité est le maître-mot ? Où, tous les matins, on entend ses voisins partir ? Où l’on angoisse en attendant la prochaine perception du RSA ?

Confrontée à cette situation, la narratrice, tout d’abord pleine d’espoirs face à cette vie qu’elle se choisit, sombre peu à peu dans le découragement : à quoi sert-elle ? Comment pallier à la solitude ? Finalement, ce boulot de vendeuse dans un grand magasin qu’elle finit enfin par décrocher ne vaut-il pas mieux que son indépendance artistique ?

Où est l’utile ? Où est l’inutile ?

Dans cette série de courts textes inspirés de son propre parcours et de ses perceptions quotidiennes, Nathalie Man nous offre ses réflexions à la fois poétiques et philosophiques sur l’art et le travail, sur la difficulté à trouver sa place dans la différence, sur le tiraillement entre la norme sociale et la liberté créatrice, vis-à-vis de soi-même, des autres et de la société. Un recueil tout en finesse et en sensibilité.

Nathalie Man a suivi des études en Lettres Modernes à la Sorbonne puis est sortie diplômée de Sciences Po (Grenoble) avant de poursuivre entièrement ses désirs d’écriture littéraire et poétique, faisant de Bordeaux son fief créatif. Lauréate de bourses et de concours de poésie, elle est l’auteure d’Impressions de Pékin (Les Xérographes, 2014 – récit qui a bénéficié d’une publication bilingue français-mandarin en 2017), a participé aux ouvrages collectifs Lire, écrire, pratiquer la ville (Kimé, 2016 – essai), Langue vivante 2 (Lanskine, 2018 – poésie) et a dirigé le catalogue Gloire à nos souvenirs (Musée d’Aquitaine, 2017). Elle sillonne par ailleurs les villes et les villages de France, où elle habille les murs de ses « Poèmes de rue ».

Carnets de l’inutile appartient à une série de quatre livres sur les perceptions, dont le deuxième titre, Histoire d’un désir est aussi disponible (Le Laboratoire existentiel, 2019).

Renaud Garcia a toujours exercé en tant qu’artiste. Il a notamment illustré plusieurs livres d’art dans les années 1990, dont les Quatrains de Sandrine Pot, a été résident à la Cité des arts de Paris, ville où il a pu également exposer. Aujourd’hui, ses œuvres se vendent dans les collections privées partout dans le monde. Parallèlement, il a développé un concept de « moteur de recherche sensitif » et ses bases logiques, puis l’outil lui-même avec une équipe pluridisciplinaire, qui donneront l’ArtWoK, le CultureWoK et ses dérivés. Cette innovation est lauréate du premier Carrefour des possibles en Aquitaine (2008), région où vit Renaud Garcia.