Histoire d’un désir

Texte de Nathalie Man
Illustrations de Renaud Garcia

 

 

88 pages – 8 illustrations – format 12,5×19,8 cm
Collection Les Instantanés
ISBN : 978-2-9558799-6-2
10 euros
Parution le 08 février 2019

 

Désirer et ne pas trouver son alter ego amoureux. D’un corps à l’autre, croire à l’échange des peaux et des paroles. S’efforcer d’être plus féminine, peut-être. Mais retrouver sa solitude, toujours, dans une frustration douce-amère.

Puis être victime d’une agression raciale. Sentir comme le corps, que l’on souhaite désirable, est finalement vulnérable. Le voir cassé et souffrant. Devoir le réparer, se réparer soi-même.

Et, dans cette réparation, trouver quelque chose qui ressemble à de l’amour. Une sensualité sans mots. Dans le cabinet d’un kinésithérapeute.

Et si ?

À travers ce livre qui file une histoire en courts textes maîtrisés, Nathalie Man nous offre une fugue sur le désir jouée en douceur sur une tonalité poétique.

 

Nathalie Man a suivi des études en Lettres Modernes à la Sorbonne puis est sortie diplômée de Sciences Po (Grenoble) avant de poursuivre entièrement ses désirs d’écriture littéraire et poétique, faisant de Bordeaux son fief créatif. Lauréate de bourses et de concours de poésie, elle est l’auteure d’Impressions de Pékin (Les Xérographes, 2014 – récit qui a bénéficié d’une publication bilingue français-mandarin en 2017), a participé aux ouvrages collectifs Lire, écrire, pratiquer la ville (Kimé, 2016 – essai), Langue vivante 2 (Lanskine, 2018 – poésie) et a dirigé le catalogue Gloire à nos souvenirs (Musée d’Aquitaine, 2017). Elle sillonne par ailleurs les villes et les villages de France, où elle habille les murs de ses « Poèmes de rue ».

Histoire d’un désir appartient à une série de quatre livres sur les perceptions, dont le premier titre, Carnets de l’inutile est aussi disponible (Le Laboratoire existentiel, 2019).

Renaud Garcia a toujours exercé en tant qu’artiste. Il a notamment illustré plusieurs livres d’art dans les années 1990, dont les Quatrains de Sandrine Pot, a été résident à la Cité des arts de Paris, ville où il a pu également exposer. Aujourd’hui, ses œuvres se vendent dans les collections privées partout dans le monde. Parallèlement, il a développé un concept de « moteur de recherche sensitif » et ses bases logiques, puis l’outil lui-même avec une équipe pluridisciplinaire, qui donneront l’ArtWoK, le CultureWoK et ses dérivés. Cette innovation est lauréate du premier Carrefour des possibles en Aquitaine (2008), région où vit Renaud Garcia.